7 Raisons qui devraient exhorter les femmes à intégrer des métiers non-traditionnels

 – 

Journal de bord

7 Raisons qui devraient exhorter les femmes à intégrer des métiers non-traditionnels

7 Raisons qui devraient exhorter les femmes à intégrer des métiers non-traditionnels

 

(Plusieurs raisons entre autres qui devraient exhorter les femmes à intégrer des métiers non-traditionnels)

 

1- Un accompagnement depuis les études jusqu’à l’intégration sur le marché de l’emploi et le maintien à l’emploi : Vous n’êtes plus seules, souvenez-vous-en! Sortir des sentiers battus est devenu un beau défi! En effet, ces femmes qui optent pour ces métiers dits d’avenir font partie de celles qui changent les modèles et qui inspirent toutes celles qui croient en la force de la diversité et de la complémentarité des hommes et des femmes sur le marché du travail. L’accès et l’intégration des femmes à des postes historiquement occupés par des hommes demeure minoritaire dans de très nombreux domaines, et ce, malgré de grandes percés. Pour une fille qui fait un choix de métier qui sort des <sentiers réguliers>, l’intégration en formation et en emploi peut s’avérer complexe. Afin d’augmenter et faciliter l’accès à ce type d’emploi non traditionnel, Accès-Travail-Femmes a développé une approche globale favorisant l’implication des employeurs-es, des travailleurs-euses et des différentes-es intervenants-es en formation.

 

2- Des salaires très compétitifs : dans un comparatif de profil entre un métier tradionnellement féminin comme la coiffure et un métier tradionnellement masculin comme le machinisme, ces deux métiers possèdent le même profil d’intérêt et de qualités personnelles. En effet, une coiffeuse et un machiniste sont deux personnes aimant travailler physiquement ou manipuler des instruments. Deux profils qui aiment accomplir des tâches répétitives selon des normes établies et enfin qui aiment travailler de façon méticuleuse avec le souci du détail et de la précision. Pour un DEP en coiffure de 1455 heures versus un DEP en technique d’usinage de 1800 heures, la coiffeuse a un salaire moyen de 18000$/ année et le machiniste 49000$/année.

 

3- Les métiers n’ont ni sexe ni tradition : Une fille possédant un profil tout comme celui du machiniste n’envisagera pas ce choix de carrière. Elle choisira la coiffure plutôt que la technique d’usinage. Nos choix professionnels sont le fruit d’une programmation sociale où se mêlent l’éducation, les modèles transmis par l’entourage, les jeux, les loisirs etc. Il est fort à parier que la fille qui choisit la coiffure aura peigné les cheveux de ses poupées plutôt que de bricoler avec son père. Culturellement le marché du travail s’est développé de façon sexuée, en identifiant des domaines d’emplois réservés aux hommes et d’autres aux femmes. Pourtant, plusieurs points communs apparaissent lorsque nous comparons le profil de métiers traditionnellement masculins ou féminins. Les différences se situent plus au niveau des tâches et du milieu de travail.

 

4- Un éventail complet de possibilités et de diversité : Un des facteurs qui freine la diversification des choix professionnels est la méconnaissance des métiers. Spontanément les filles n’envisagent pas les domaines non traditionnels. Pourtant, le défi de la diversification professionnelle représente de grandes opportunités de bassin pour les entreprises en pénurie de main-d’œuvre. Il existe des secteurs entiers qui comptent une faible proportion de femmes, par exemple : l’électromécanique, la mécanique, l’informatique, la transformation de l’aluminium, etc. Ces secteurs qu’on qualifie souvent de <voies d’avenir> en raison de grandes opportunités d’emplois qu’ils offrent, ne sont qu’une partie de ce qu’il est convenu d’appeler <emplois non traditionnels>.

 

5- Sortir de sa zone de confort, c’est identifier son plein potentiel ainsi qu’un esprit de gagnante. Sortir des sentiers battus, quel beau défi. L’herbe pousse mieux là où tout le monde ne passent pas. En effet ça prend de l’audace de faire partie des femmes qui changent les modèles et qui inspirent toutes celles qui croient en la force de la diversité et de la complémentarité des hommes et des femmes du travail.

 

6- Des employeurs de plus en plus sensibilisés et ouverts à l’expertise plus qu’au genre : La diversification de la main d’œuvre est un avantage concurrentiel pour les entreprises de plus en plus conscientes de cet enjeu de taille. Plusieurs études en effet, mettent en lumière ces avantages positifs à une plus grande mixité à l’intérieur des équipes de travail, un facteur de réelle réussite pour l’entreprise : Augmenter l’information sur les domaines non-traditionnels dans l’entreprise, préparer les travailleuses et le milieu de travail et intensifier entre les différents intervenants concernés, bref, Créer un dynamisme qui renforce l’engagement. Et allier les forces complémentaires des hommes et des femmes.

 

7- Des organismes qui joignent l’acte à la parole: Et des partenaires solidaires, complices et favorable à l’action de l’intégration des femmes dans des métiers non-traditionnels. En Mauricie, le centre Le Pont est le seul organisme dont la mission consiste à faciliter l’intégration, la réintégration et le maintien en emploi des femmes sur le marché du travail, autant dans les secteurs traditionnels que non traditionnels. Avec une approche autant professionnelle, humaine, globale que personnalisée. Centrée sur le besoin des femmes et l’égalité des sexes. Avec des valeurs de respect, d’entraide, d’authenticité et d’engagement. Une équipe multidisciplinaire engagée auprès de chaque femme.

 

Si vous souhaitez vous diriger dans un métier non traditonnel ou métier d'avenir et que vous avez des inquiétudes, des peurs ou simplement des interrogations, au Centre Le PONT, on peut vous écouter, aider et vous accompagner tout au long de votre cheminement(...)

 

Elvire B Toffa

Agente de développement et communication

Centre Le PONT

 

(Sources : Accès Travail Femmes, brochure 2012, mis à jour 2019, wwww.accestravailfemmes.com collaboration Centre Le PONT