Le Centre Le PONT cité dans Workopolis : 5 façons de se préparer à la « saison du recrutement »

 – 

Chroniques sur l'emploi

Le Centre Le PONT cité dans Workopolis : 5 façons de se préparer à la « saison du recrutement »

5 façons de se préparer à la « saison du recrutement »  par Workopolis  Publié le 26 septembre 2016

 

Faire une introspection
Travailler dans une PME ou une grande entreprise? Faire du 9 à 5 ou avoir plus de flexibilité? Avoir une grande diversité de tâches ou se concentrer sur une seule? C’est le genre de questions qu’il faut se poser avant d’envoyer une panoplie de CV, recommande Paul Thériault, associé de la firme de recrutement Octave Maecanas. « Si ce n’est pas fait en amont, on le sait en entrevue, car les candidats ne savent pas ce qu’ils veulent. Ce que les recruteurs aiment, c’est quelqu’un qui arrive en confiance, avec un bon état d’esprit », fait-il valoir. À partir du moment où l’on sait quel type d’emploi on recherche, il est beaucoup plus facile de cibler les entreprises intéressantes et de se démarquer auprès d’elles.

Offrir ses services
Appeler des entreprises pour essayer d’avoir un rendez-vous et aller porter le CV en mains propres demande du courage, mais c’est l’un des meilleurs moyens de se démarquer, selon l’agente de développement pour le centre d’emplois pour femmes Le Pont, Daliane Turcotte-Guimond. « Ça met en confiance d’entendre une voix, on sent beaucoup de choses de cette manière-là, explique-t-elle. Toutefois, plus les entreprises sont grandes, moins ça fonctionne, car il y a un processus à respecter et la personne responsable est plus difficile à atteindre. On passe alors par le réseautage. »

Réseauter
La règle d’or de la recherche d’emploi, c’est de ne pas rester chez soi inactif. «Il faut sortir de la maison et surtout, lâcher l’ordinateur. Les gens ont souvent le réflexe d’envoyer beaucoup de CV, mais si tu envoies 50 candidatures par courriel, il n’y aura peut-être même pas un retour d’appel », illustre Daliane Turcotte-Guimond.

Réseauter peut toutefois être assez abstrait: on commence par identifier à l’avance les contacts que l’on souhaite établir dans l’industrie et on cible les événements en fonction de leur pertinence avec l’emploi recherché. Il faut également rester ouvert au réseautage informel dans d’autres contextes, puisqu’on ne sait jamais qui l’on va rencontrer.

S’impliquer après de son association professionnelle
Si l’on ne sait pas où se diriger pour réseauter ou si l’on n’est pas à l’aise dans un 5 à 7 rempli d’inconnus, les activités d’une association professionnelle sont une bonne porte d’entrée pour établir des contacts. Se porter bénévole permet de parler à des personnes importantes dans l’industrie, sans qu’on ait besoin d’un prétexte ou d’un « pitch de vente » pour le faire. Par exemple, être le volontaire qui accueille les participants à l’entrée permet de les rencontrer un à un, individuellement, tout naturellement.

Faire des mises en situation
Même si l’on n’a pas d’entrevue à l’agenda, rien n’empêche de se pratiquer grâce à des mises en situation. Le but est de maîtriser ses expériences passées, son expertise et ses compétences afin de les mettre en valeur, peu importe la situation présentée. « Tu dois te connaître à 100 % et tu dois connaître l’organisation de A à Z, sa culture d’entreprise, ce qu’elle fait, le poste à combler », énumère Paul Thériault. De cette manière, on n’est pas pris au dépourvu si une entrevue s’impose rapidement… ce que tout candidat espère!